Ataya Alaaji GƆMƆ Yaakubu Sarabaa

Hommage de l’équipe de SIL à Bassila pour notre cher regretté Papa Saharabar, M. GOMON Idikoukou Yacoubou

2015
2015

Atǝbana, atǝbaya, atǝbaŋono n’atǝbasoro, ɩfaawɩɩ mbaɖee gɩ na yɛɛ gɩ lêe ashee anyɩn ɩ rǝ̂ŋǝ wáá ma, ɩ lee ʊnyiŋu na ashee ataya Alaaji GƆMƆ Yaakubu, aŋyɩɖa ntǝrka njɩ gǝŋ Sarabaa, Gaja ga taba alaŋ gacalaɩ ma. Atɩgɩkrǝ anii kakoŋkaarɩ kaŋkulo kaŋkalɩ mbʊmbɔnɔ nɖǝn njɩ Gaja ga laa atɩfɔɔ nɩ gǝŋ.

Koŋkaarɩ nɖee a lee ashee atɩgɩkrǝ anii naa gɩ na yu alaŋ ʊrɔŋ ma, laŋ na ataGʊGʊ kaŋkulo n na kul na raaɖiyoo FM Kufɛɛ na nyiŋǝ na shee ataya Alaaji Sarabaa. Gaja ga lêe nɩ gaafara naa acam agɩsaná.

papa-sarabaa-11

Amʊ na ISIFU SƱMAANƱ Mʊstafa.
Gʊyà GƆMƆ Yaakubu gɩ na yɩɖa wàà, Sarabaa ma, Gaja ga lêe nɩ gaafara, aɖʊ nɩ arɩjanna nɩ, aɖʊwaa amʊ kǝ ma yɔ̂ na nɩ akoɖǝn awu akoŋkaarɩ ɩla tuutuuma nɩ n’arʊŋa awʊɖa na bɛrɛ ma na. Galaŋ, Gaja ƖKOYAR a tɔɔ ambɔnɔ a cɛ nɩ, naa apɛmpɛŋɛ agaɖuɖaka.

Ʊyɛʊ kaŋkulo 2013
Ʊyɛʊ kaŋkulo 2013

Amʊ na IBRAHIM INUUSA Malookiya.
Ataya, atʊŋono, Alaaji Yaakubu Sarabaa, Gaja ga lêe nɩ gaafara. Gaja ga pɛmpɛŋɛ agaɖuɖaka naa aɖʊ nɩ bakono basoŋsono basaafʊ nɩ. Ataya ɖe a lee arɛ̀ ɖǝn na a sɔlɔ arɛ̀ ma, k’a na yɛɛ a ŋǝ̂ ʊwor ʊpur ‘ʊcine ʊ pɩ̂yɛ na. A sɔlɔ a ŋǝ̂ arɛ̀ ʊpur a cǝ̂m, galaŋ k’a na cere bapur baɖǝnɖǝn na.
Ɖaa ataya ɖe a ɖa atɩgɩkrǝ anii kantǝma nɩ ma, kaŋyɩɩ kʊceu ɩ lee ka agalei. A lee arɛ̀ nɖee baa sáà apaŋa na a na lige bɛrɛ atɩgɩkrǝ kaalei ʊwalʊ baa ʊpaŋa nɩ na ma. Gɩ laa sǝriya ʊshilé ɖǝn a lǝ atɩgɩkrǝ kaŋyɩɩ kʊceu kaalei halɩ anyinekoi ɩ ɖoo agayɛ laŋ ma. A ŋɔn abɔ tuutuuma n’atɩgɩkrǝ anii, a saŋ kɔɔ kaŋa na baɖǝn a lee abɔ ɩɖǝn.

Ɖoo ɖaa ba sǝba atɩgɩkrǝ kʊŋɔn na ɖʊ abɔ laŋ ma, Alaaji Sarabaa a lee ŋkalɩ mbʊmbɔnɔ njɩ ashee anii kǝbapi. Ŋkalɩ nɖe n ti ka gǝŋ, Gaja ga lâa nfɔlɩ ashee atʊ. Aɖʊwaa ataya ɖe a lee alesʊra tuutuuma k’a gɩ sǝ̂ra a tam na. Ɖaa gɩ ɖa ntǝma nɩ ma, gɩ ta naa lee akoɖǝn na k’a gɩ yɔ na, ʊni na gɩ na yɩɖa aɖe faŋa atʊ. Ataya ɖe a tɩ kal n’atʊ páá ka gɩ sǝ̂ra atam na.

Abʊce bʊ faa atʊ. Gɩ na nyiŋǝ Gaja jɩ na shee nɩ ŋkǝŋ ɩ lee ʊŋʊrʊ ashee nɩ. Naa Gaja ga cam agɩsaná.

Kulumi kʊwalu 2016
Kulumi kʊwalu 2016

Amʊ na IƉIRISU Muniifatu.
Ataya Sarabaa Gaja ga lêe nɩ gaafara naa acam agɩsaná. Bʊkɔ́ɩ a pala ma, Gaja ga kîɖe naa aɖʊ nɩ rahama nɩ. Ɩbobo nɖee a cɩ ashee atɩgɩkrǝ ma, Gaja ga kɔɔ lâa mbaɖee ba kɔɔ sǝ̂ra acɩ kagʊsʊ̀rá ma, ashee atʊ. Naa ŋkǝŋ ɩ lee ʊŋʊrʊ.

ARƉABS 2012
ARƉABS 2012

Amʊ na ƖSA ASIS Rahaman.
Alaaji GƆMƆ Yaakubu Sarabaa a lee arɛ̀ ɖǝn na a wʊɖa koŋkaarɩ ntǝma baa mpaŋa nɩ ma na. K’a lee arɛ̀ nɖee a na jǝba n’ʊwor ma na. A lee arɛ̀ɩ a na ɖʊ bawor ɩkashɩ ma na. Ʊ ta naa yɛ̂ɛ na nɩ akoɖǝn baa ʊ tulo nɩ na n’a wʊɖa, a taa shêe akɩ kabʊkɔ.

A lee arɛ̀ ɖǝn na a na ɖʊ arɛ̀ girma ma, k’ɩ wʊɖa wàà, ʊŋono koo ʊpi na. Alaaji Sarabaa k’a na ɖʊ bɛrɛ ɩshɛɩ na, gǝŋci gboo k’a na cʊŋkʊr agayɛ na. Baa tam apaŋa na gɩlɛʊ jɩ ɩ ta shɩ wâ na nɩ.

A cɩ ɩbobo ashee anii kǝbapi baŋunii. ‘Ɩbobo ɖe ɩ lee aŋfaanɩ ashee atʊ. Gaja ga taba alaŋ, gaɖuu a bʊŋa agayɛ ashee ma, ɩ lêe agaɖuŋʊraka. Gaja ga sǝ̂la nɩ antǝma nsoŋsono kagʊjɔɔ naa atǝɖǝ mbɔnɔ nɖee a lee ma.

Atʊ akǝbapi gɩ tɩ tɔɔ niya na yɛɛ gɩ tǝwǝ akɩntǝma ɖaa gɩ sǝba akɩnyine nɩ ma. Gaja ga pâla gɩ sǝ̂ra alee njɩ awu ɖaa akɩ ʊ lee ma. Gɩ tɩ nyiŋǝ akɩyaalɩ baŋunii ba sǝ̂ n’alaafɩya naa naa lǝ na rǝŋǝ na bawor. Akɩŋkǝm ɩ cǝ̂m awu akɩnyine nɩ.

ARAKAA 2015
ARAKAA 2015

Amʊ na ISIFU SƱMAANƱ Rashɩda.
Baba Sarabaa Gaja ga lêe nɩ gaafara. Baba Sarabaa abʊce bʊ pɩyɛ atʊcine na páá, aɖʊwaa a lee ŋkalɩ mbʊmbɔnɔ njɩ Bashɩɖɩ kampá nɩ atɩya.

Naa alee arɛ̀ nɖee a sɔlɔ arɛ̀ ɖaa agɩlopí ma, naa asɔlɔ arɛ̀ ʊpur ɖaa ʊpur aŋʊmka ma. K’a na pɩyɛ arɛ̀ ‘ʊcine na, naa asɔlɔ arɛ̀ aŋyɩɩ kʊceu. A pala ka na n yɔ anii kʊŋɔn na kʊtʊr.
Laŋ n tɩ nyiŋǝ Gaja gɩyarɩ gɩbʊmbɔnɔyar a laa baba Sarabaa agʊsʊ̀rá abʊŋʊma nɩ ashee atʊ. Naa Gaja ga lêe nɩ gaafara naa apɛmpɛŋɛ agaɖuɖaka. Bʊkɔ́ɩ a tǝrǝtǝrǝ ma, Gaja ga tǝ̂ɖǝ nɩ. Gaja ga shêe bapur na bakar suuru naa ashee atʊ gboo suuru.

ARAKAA 2013 Saramaŋga
ARAKAA 2013 Saramaŋga

Amʊ na ALƐ JƆBƆ Fuseeni.
Shêe ɩ man asǝ naa aye yɔ arɛ̀. Ataya Yaakubu Sarabaa, Gaja ga câm agɩsaná. A lee arɛ̀ɩ k’a yor arɛ̀ ma na.

Ɖaa gɩ ɖa ntǝma nɩ ma, bʊlei tuutuuma na gɩ na rǝŋǝ asul. Ʊyɔʊ ʊbʊmbɔnɔ na gɩ na cam na nɩ, aɖʊwaa a yɔ ɖaɖaa ɖaa ɩ sim ma, naa awʊɖa koŋkaarɩ ɖaa ɩ taba ma.

Amʊ ALƐ Fuseeni n naa wʊɖa na nɩ atǝma ɖaa ɩ sim ma, n’a ye yɛɛ ŋŋuro afar. Amanyɛ ɩ tǝr anɖi laŋ, kǝ ma yɔ ɖaa ma lêe ma na. «Yaakubu a shɛʊ, Yaakubu k’a shɛʊ na ! »

ARAKAA 2012
ARAKAA 2012 Boɖi

Amʊ na TSASKƐ Stɛfani.
C’est avec grande tristesse que je dis au revoir à notre cher Papa Saharabar, mais aussi avec une grande reconnaissance. Nos 16 ans de collaboration étaient riches et pleines de moments forts. Au début, nous avons étudié les documents anii qu’il avait élaboré sur beaucoup de sujets. Cela nous a donné un début dans notre apprentissage de la langue anii et dans nos recherches.

Après, nous avons collaboré sur plusieurs nouveaux documents, et il nous a toujours appuyé avec de très bons conseils. Il nous a mis en contact avec beaucoup de gens qui s’intéressent pour la langue anii. Chaque fois que nous avons eu une formation, il nous a rendu visite pour nous encourager. Chaque fois que nous avons tenu une réunion pour la langue, il était présent avec beaucoup d’enthousiasme et de bonnes contributions.

D’autres souvenirs sont les jours où il a accompagné le roi de Bassila pour une visite dans notre bureau, et tout récemment il a conduit le roi de Pénéssoulou pour nous rendre visite.

N''ʊsoro ELWƐT Jorj 1998, Bashɩɖɩ
N »ʊsoro ELWƐT Jorj 1998, Bashɩɖɩ

Ce qui m’a beaucoup marqué c’est sa fidelité et son enthousiasme pour la langue et la culture anii, et pour leur développement, depuis plus que 40 ans. Tout ce que nous faisons maintenant comme équipe, c’est de bâtir sur ces fondations. Il va nous manquer énormément, nous n’allons jamais l’oublier, et nous allons faire notre mieux pour continuer l’oeuvre important pour lequel il s’est engagé toute sa vie. Que Dieu console toute sa famille et ses proches aussi.

ARAKAA 2014
ARAKAA 2014

Amʊ na UMOORU Seiɖu.
Ataya GƆMƆ Yaakubu Sarabaa, gɩ tɩ nyiŋǝ na shee nɩ wàà, Gaja ga lee nɩ gaafara. Gaja ga ɖʊ nɩ arɩjanna asoŋsono nɩ.

Anii kagɩkrǝ a lee aɖʊ atǝn naa ata apala ma, Gaja ga pâla gɩ cê ŋyɩɩ. Gaja ga pâla yofo mana n’atɩgominantɩ ba sɔ̂lɔ atɩgɩkrǝ anii awu ɩkrǝ ɩŋunii. Gɩ tɩ nyiŋǝ wàà, Sarabaa akoŋkaarɩ nɖee a lee ma, aŋkǝm GʊGʊ kaŋkulo n lee ɩ cǝ̂m awu ɩnyine nɩ.

Bʊmaŋkǝli bʊkiɖeka bʊwalu 2014
Bʊmaŋkǝli kǝbakiɖeja bʊwalu 2014

Amʊ na BABA BƆƉƖ Saliimatu.
N’ʊcimpɩyɛka na n ŋɔn galei ŋgaɖe. Ataya Sarabaa, Gaja ga lêe nɩ gaafara.

A lee arɛ̀ nɖee a sɔlɔ arɛ̀ baa apaŋa ma na, k’a wʊɖa wàà, ʊpi na. A sɔlɔ agɩkrǝ kaŋyɩɩ kʊceu, a sɔlɔ mpá kaɖaɖaa. A toŋo atʊ bʊja tuutuuma, k’ɩɩ wʊɖa n’atǝbawor taalɩ ɖǝn na. A tǝŋǝtǝŋǝ atʊ ashee atɩgɩkrǝ kaŋyɩɩ kʊceu.

Gaja ga lêe nɩ gaafara, a lee arɛ̀ nɖee ka gɩ nyîr alaŋ ayɔ na ma, baa njǝŋ ɩ na ɖaa atʊ pɩ wàà, gɩ man aɖa.

Bʊmaŋkǝli kǝbakiɖeka bʊwalʊ 2012
Bʊmaŋkǝli kǝbakiɖeja bʊwalʊ 2012

Amʊ na BABA BƆƉƖ SALIFU Nuhum.
Anii kǝbapi, GʊGʊ kaŋkulo, balǝnja baŋkulo Bashɩɖɩ na kɔmin aŋunii, Ʊsǝɖʊpi a ɖa baa ŋka na ma, atǝgʊtʊgʊma gʊ fǝɖa. Gaja ga lêe ataya, atʊŋono, atapi gʊyà Alaaji Gɔmɔ Iɖikuku Yaakubu gaafara. Ŋyɩɖa nɖee ba yɔ na nɩ ma na gǝŋ Sarabaa.

Sarabaa a lee arɛ̀ɩ a sɔlɔ na jǝba agʊlɔ, na cǝra nnapi na ŋyapi, na cɩ mpá kɩbobo, na yɛɛ ŋyɩɩ kʊceu ma na. A lee arɛ̀ɩ a lee ntǝma aboŋo a ɖa ʊŋʊrʊ nɩ ma na. Sarabaa ayɛɛnɛɛyar, gɩlɛʊyar, Gaja ga lêe akɩ gaafara, aɖʊ akɩ malaɩka basoŋsono banyɛ nɩ. A shɛʊ ama k’a shɛʊ na. Ʊ shɛʊ apala n’atʊ ʊyɔʊ n’ʊwǝlǝ. Gaja ga pâla ‘ʊwǝlǝ ɖe ʊ lêe atʊ aŋfaanɩ. Ʊshilé ɖǝn, ɖaa gɩ yɔ Sarabaa ma, k’a gɩ ŋǝ ‘ʊnyana ayɔ na, shêe arʊŋa ɩkʊŋkɔnɔ.

K’a na sǝŋkǝr na, atoŋo bɛrɛ babapi pɩ agafala nɩ. K’á na kpa agafala nɩ ayɔ bapur afǝlǝ na, ba na man man na jɩ ɩfaawɩɩ. Gaja ga shêe atǝbaŋunii suuru.

Bashɩɖɩ kagʊpayarɩ 'ʊjeɖu atǝgatǝnleeɖu nɩ 2012
Bashɩɖɩ kagʊpayarɩ ‘ʊjeɖu atǝgatǝnleeɖu 2012

Amʊ na ISIFU Rahinatu.
Ataya GƆMƆ aŋyɩɖa nɖee ba yɔ na nɩ ma na gǝŋ Sarabaa. Gaja gɩyarɩ gɩbʊmbɔnɔyar a lêe nɩ gaafara naa apɛmpɛŋɛ agaɖuɖaka acam agɩsaná.

Bʊkɔ mbʊɖee a ta apala ɖulinya nɩ naa ɩ lee ɩsono ma, Gaja ga pɛ̂mpɛŋɛ ɩ. GʊGʊ kaŋkulo na kaɖi baja TSASKƐ ba tɩ nyiŋǝ na shee nɩ páá ashee akoŋkaarɩ nɖee a lee ashee atɩmpá, atɩgɩkrǝ anii kaŋyɩɩ kʊceu ma laŋ. K’a bɩyɛ atʊ na halɩ atɩ yɛɛ aŋŋuro afar. Gaja gɩyarɩ gɩbʊmbɔnɔyar a ɖʊ nɩ arɩjanna nɩ.

Bashɩɖɩ kagʊpayarɩ 'ʊjeɖu atǝgatǝnleeɖu nɩ 2012
Bashɩɖɩ kagʊpayarɩ ‘ʊjeɖu atǝgatǝnleeɖu 2012

Amʊ na ATI KALAM Hakiimu.
Ataya Alaaji GƆMƆ Yaakubu Sarabaa aɖulinya kʊpalʊ, ƖKOYAR a taba alaŋ ma, Gaja ga lêe nɩ gaafara naa acam agɩsaná gɩ lêe gɩsoŋsono. Gaɖuɩ a cǝpra agayɛ ashee ma, ŋkǝŋ ɩ lee ʊŋʊrʊ ashee nɩ. Bakar na bapur, atǝganɔ kpataa n’atakɔmin aŋunii, Gaja ga pêle atʊ suuru. Bʊkɔ́ɩ bʊ lee bʊŋǝrǝ ashee atʊ bɛrɛ ma, bʊni bʊ Gaja ga na sɔlɔ.

Ʊlɔ nɖee Alaaji Yaakubu Sarabaa a far aɖʊ atǝn naa apala ashee atʊ ma, Gaja ga pâla gɩ sǝ̂ra atǝwǝ nɩ ʊ cǝm awu bʊkɔ́ɩ a pala ma. Atɩgɩkrǝ anii kɩbobo a cɩ bʊja tuutuuma naa apala ashee atʊ ma, Gaja ga pâla atɩgɩkrǝ gɩɖe gɩ cê ŋyɩɩ awu ɖaa ʊrɔŋ ma, naa aɖa aske ɖulinya aŋunii nɩ. Ʊyɔʊ nɖee baa aŋa a yɔ Alaaji Sarabaa nsoŋsono, koŋkaarɩ n’ʊrɩsɔlʊ kanɖi laŋ na laa sǝriya na shee nɩ ma, kʊnyiŋu ʊ tǝ̂ alaŋ !

N''ʊsoro ƐLWƐT Karola na basaaka Kʊtɔnʊ 2005
N »ʊsoro ƐLWƐT Karola na basaaka Kʊtɔnʊ 2005

Amʊ na TSASKƐ Martɛɛŋ.
Pour moi, M. Gomon était la personne qui m’a dit « bonne arrivée » et à la ville de Bassila et à la langue anii. On s’est croisé pour la toute première fois l’année 2000, dans le bureau d’ancien sous-préfet en contexte de notre première visite à Bassila pour nous faire affecter ici.

Dès notre premier rencontre, nous avons observé comment M. Gomon a aimé sa langue et comment il s’est engagé pour faire avancer sa langue.

Pendant des années de notre collaboration et amitié, M. Gomon était un modèle pour moi avec sa persévérance : Comme jeune homme (selon les rapports), comme coordinateur d’alphabétisation, comme personne retraitée et comme secretaire royale, il a toujours eu sa passion pour la langue anii. Alors, dans chaque phase de sa vie, il a vu des occasions, comment faire quelque chose – et ne pas seulement parler de la langue.

La collaboration avec M. Gomon était toujours agréable. Souvent il avait un petit sourire – et même en prenant la langue comme quelque chose de précieux et important, il avait toujours des éléments d’humour et d’humanité dans le travail avec notre papa.

Atɩgɩkrǝ 2011 kʊwalʊ
Atɩgɩkrǝ 2011 kʊwalʊ

Les moments et les mémoires les plus forts étaient les réunions royales et surtout nos réunions du Groupe de Recherches pour la langue anii. M. Gomon était un des membres élus les plus fidèles. Il a toujours librement et avec passion partagé ses connaissances et ses compétences : et pour la langue comme telle et pour les traditions du peuple anii. Entre M. Gomon et Papa Oncho, nous avons toujours eu des bons conseils et de la sagesse, comme nous les avons traités comme « nos vieux » du groupe. De plus, ils ont souvent créé une une super-ambiance dans nos Groupes de Recherches.

J’ai aimé la façon, comment le vieux M. Gomon a toujours eu la jeunesse de l’œil. Il n’a jamais hésité à partager et de former ou corriger (si nécessaire) les jeunes en général et certainement notre équipe. Il était même disponible au téléphone, presque à tout moment, pour nous dépanner ou de nous donner une écriture, une signification ou une certaine prononciation correcte.

M. Gomon était quelqu’un qui a compris la valeur de sa propre langue – et à l’oral et par écrit. C’était un privilège de commencer notre travail ici avec son d’accord, avec ses conseils et son encouragement. Je suis content, que les dernières années de sa vie, notre papa puisse voir une deuxième phase de progrès pour sa langue et que lui-même, il faisait parti de nos efforts pour la langue. Ce qu’il a contribué pour les connaissances et pour le dictionnaire, cela va rester longtemps.

Un regret qu’il me reste, c’est que j’ai raté le célèbre Sahara-Bar. C’était avant mon temps à Bassila, alors je n’ai jamais eu l’occasion de prendre un Coca là-bas. Sinon, pas de regrets.

Papa, tu nous manques énormément. Merci pour ton aide et pour tous les mots gentils et les encouragements. Merci pour tes connaissances et pour nous montrer comment faire une « sensi » avec vigueur et passion. Paix à ton âme et paix à toute ta famille.

ARAKAA 2013 Saramaŋga
ARAKAA 2013 Saramaŋga

Laisser un commentaire